Kill The Jayer, c’est donc le nom qui a été choisi pour le groupe, en forme de clin d’œil à l’adage historique du rock’n’roll cher à The Who, « I hope I die before I get old » (en français « plutôt mort que vieux »).

Afin de l’accompagner sur scène et en studio, Jayer s’entoure de baroudeurs bien connus de la scène jurassienne : Benoît Chételat à la guitare (Carma Star, Christophe Meyer), Yann Etique à la basse (Los Bedjellòu, The Dining Dead) et Jess Montini à la batterie ([BPM]).

Dès janvier 2017, le travail collectif peut enfin commencer. Très vite, le répertoire se met en place avec les compositions que Jayer tire de sa besace. Le style est donc résolument rock, parfois doux, parfois tempétueux.

Kill The Jayer a l’occasion de faire ses premières armes sur scène, lors du festival Monde de Couleurs et de la Fête de la Bière au début de l’été 2017, tous deux à Porrentruy. On est en terrain connu, c’est rassurant, mais l’attente est grande de la part du public pour le projet de Jayer et c’est en fait plutôt stressant.

Photo Géraud Siegenthale

Ces deux concerts en forme de test recevront néanmoins un bon (voire très bon) accueil. Les retours reçus, de la part des amateurs comme des spécialistes, seront immédiatement mis à profit afin de solidifier la musique, l’exécution, l’intention. Kill The Jayer remet donc l’ouvrage sur le métier dès la rentrée et passe l’automne à affiner et étoffer le répertoire en vue d’une première session d’enregistrement.

Début 2018, Kill The Jayer entre en studio chez Artsonikmedia pour travailler avec Carryl Montini à la réalisation d’un premier disque autoproduit. Ce sera Do not, composé de 6 titres originaux aux ambiances variées donnant un aperçu du répertoire du groupe. La sortie du disque en avril 2018 débouchera sur un vernissage au SAS de Delémont avec un bel accueil du public et de la presse régionale.

À cette occasion, Kill The Jayer s’adjoint les services d’Emanuel Bakaus, claviériste biennois au solide parcours (Spookyheavensounds, SirJoe, Die Rösti Wave, Swiss Synthesizer Meeting), qui sera ensuite intégré officiellement dans le groupe.

Dans cette nouvelle configuration, le groupe donne quelques premiers concerts en 2018 qui lui permettent d’affiner sa cohésion et de travailler sa prestation scénique.